Durant une résidence d’été à La BF15, Estèla Alliaud a investi l’espace comme celui de son atelier au sein duquel les diverses expérimentations relèvent d’un même processus de questionnement du geste. 
Des jeux de mises en abyme, d’empreintes ou de déplacements, nous font naviguer entre sculptures et images. Une praxis se déploie ainsi dans l’espace et le temps de l’invitation à La BF15, et dans cette dynamique entre le faire et le voir.

Entretenant un rapport ténu à l’espace, l’exposition et l’oeuvre d’Estèla Alliaud ne s’envisagent pourtant pas dans un rapport de coïncidence, mais au contraire, dans le mouvement même de l’écart. C’est en lui que prennent corps ces multiples manières d’agir, de percevoir, de présenter ou de représenter, et que dialoguent les approches sculpturales et photographiques comme formes équivoques de l’apparition. La variation de gris des Ombres calmes qui teintait les murs d’une chambre de l’hôtel Burrhus deux ans plus tôt, lors d’une première collaboration de l’artiste avec La BF15 pour SUPERVUES, donnait ainsi forme à un instant révolu, sans jamais vraiment pouvoir nous le faire atteindre. 
Si ces oeuvres instaurent ce point de basculement du “ça a été”, elles sont également suspendues à la possibilité de ce qui sera, dans l’expérience que nous en faisons. Le temps d’une soirée, le duo Galerie est ainsi invité à activer cette expérience. En infiltrant dans l’exposition d’Estèla Alliaud son propre projet, Group Show, The Matinée, il vient y essaimer un peu plus le doute pour nous mettre en position d’en prendre la mesure.

liens :

Estèla Alliaud (www.estela-alliaud.com)

Lyon Septembre de la Photographie / Lyon 2016 (https://www.youtube.com/watch?v=VXKJJvYUqHY)