En Résonance avec la Biennale de Lyon 2017 / FOCUS

commissariat Perrine Lacroix

en partenariat avec Le Géant des Beaux-Arts   et le Jardin botanique - Ville de Lyon

Eva Taulois puise dans divers registres d’objets et de pratiques pour saisir les processus qui font advenir les formes. Son travail s’est affirmé depuis une dizaine d’années dans une dynamique réconciliatrice entre l’art, l’artisanat et l’industrie dont les enjeux sous tendus s’inscrivent dans les techniques de transmission et de réappropriation culturelles. Aussi, l’artiste reste attentive à l’usage de l’exposition, à la « disposition » dans laquelle elle nous place.

La formule de politesse Make Yourself Comfortable renvoie ici au contexte domestique, souvent associé à une invitation à s’asseoir. À La BF15, le visiteur est convié à se poser, le regard tourné vers les vitrines largement ouvertes sur les bords de Saône et la colline de Fourvière. Dans cette mise en relation constante entre l’intérieur et l’extérieur, l’artiste nous entraine dans les (en)jeux du regard qu’instaurent l’expérience du paysage autant que celle de la peinture.

L’exposition devient alors le lieu d’introspection d’une pratique et d’un medium que l’artiste décortique en traversant les genres, les gestes, les qualités, les supports, ou encore les modalités de monstration.
À l’occasion de cette première invitation à Lyon, et au contact de la tradition florale qui lie intimement dans cette ville la peinture et la soierie depuis le 17e siècle, elle questionne la récurrence des motifs dans son propre travail, ou de ces endroits de passage via lesquels la précision des savoir-faire peut nous conduire vers les chemins de l’abstraction.
Eva Taulois nous introduit ainsi dans la nature ambigüe de l’artefact, entendu à la fois comme objet et comme processus. Entre objets et motifs d’agrément (tapis, mobilier, plantes, motifs floraux...), le visiteur est ainsi disposé à entrer dans ce contexte de perception et de production.

Make Yourself Comfortable n’existe pas seulement à travers ces entités “sculpturales” ou “picturales” statiques, assignées à une physicalité, à une intention ou à un récit, mais dans sa capacité d’accueil, l’exposition nous emporte dans la potentialité d’une autre histoire.

lien :

Site Eva Taulois (ddab.org/fr/oeuvres/Taulois)