L'artiste suisse Eric Hattan (né en 1955, vit à Bâle, Suisse, et à Paris) cultive une certaine clairvoyance en dérangeant l'ordre des choses.

Qu'il s'agisse de l'espace urbain ou de celui d'un centre d'art, chaque situation est l'occasion d'un déplacement, d'un décentrement du regard et d'une perturbation du sens donné. Il s'empare ainsi de cette invitation comme d'une nouvelle opportunité pour "donner sens au changement".

La BF15 devient le milieu d'investigation de l'artiste qui y demeure en résidence quelques jours. Tout ce qui la compose devient alors le matériau de son intervention. Il déplace les éléments qui occupent les parties "privées" (étage, entrée, cagibis) – d'ordinaire cachés aux visiteurs mais constitutifs du quotidien et de la mémoire du lieu – pour les redistribuer en trois parois qui divisent l'espace "public" d'exposition. Le moindre prélèvement est intégré à une composition que le visiteur est à son tour invité à parcourir comme les vestiges qu'un archéologue nous révélerait, avec pour seules notes de travail, des traces vidéo.

Pendant le vernissage, un film est projeté sous la verrière. C’est l’artiste qui, en direct, scrute de très près l’espace de stockage à l’étage, vidé.

En jouant sur la réversibilité du lieu et la porosité entre la vie et l'art, l'exposition témoigne de l'expérience de l'art comme d'un simple acte de présence. Née d'un geste d'appropriation de l'existant, elle traduit chez son auteur, en même temps qu'elle suscite en nous, un sentiment d'éveil et d'attention au monde.

en résonance avec la biennale de Lyon 2011

lien :

Eric Hattan (hattan.ch)