Quelques années après son exposition remarquée Vague scélérate,
Dominique Ghesquière (née en 1953, vit à Paris) revient à La BF15 avec des oeuvres légères qui tiennent dans deux valises. Une exposition d’un soir, qui, par pointes délicates, esquisse l’univers de l’artiste, que l’on retrouve plus amplement sa toute nouvelle édition monographique.

"Dominique Ghesquière fait subir aux objets ce que le poète fait au langage de la foule. Contrairement à la parole poétique, elle garde trace d’une tension entre l’objet et son double artistique. Tout simplement parce qu’elle travaille directement avec la matière du monde et non avec des signes. Elle crée des objets incertains, troubles, agités de significations en lutte. Ils affirment paradoxalement leur être dans une forme de résistance passive à ce qu’ils paraissent être, à ce qu’ils sont, à ce qu’ils pourraient être, à ce qu’on imagine qu’ils sont ou ne sont pas. Ils se meuvent dans une liberté qui peut paraître effrayante, celle d’être et de n’être pas, d’être ceci et cela à la fois. Indécidables, flottants, ils obéissent à la logique des rêves. En introduisant un écart entre perception et réalité physique, Dominique Ghesquière transporte ses objets dans un espace-temps imaginaire qui s’apparente à celui de nos songes. Elle fait, en quelque sorte, si l’expression n’était pas étrange, affleurer l’inconscient des objets."
David Pigeret, 2010

édition : Fonds régional d’art contemporain de Bourgogne, Dijon
coproduction : École nationale supérieure des beaux-arts (ENSBA) Lyon et Centre d’art contemporain La Synagogue de Delme