L'exposition Uma combinação (2) associe le travail d'Armanda Duarte (née en 1961, vit à Lisbonne, Portugal) et Linda Sanchez (née en 1983, vit à Lyon), deux artistes que l'on pourrait qualifier d'attentives.

Sous diverses formes (dessin, sculpture, installation, performance, etc.), leur travail est en effet témoin de ce rapport mental et physique au quotidien. Dans une plasticité épurée, chacune de leurs pièces condense une logique spécifique qui articule minutieusement l’observation et le geste.

L’œuvre performative Uma bata e uma combinação reconduit l’expérience d’une attention partagée qu'Armanda Duarte proposa une première fois en 2008, pour l'exposition Uma Combinação à la Plataforma Revólver, à Lisbonne.

L'artiste réalise à même le sol des cercles en argile qui contiennent de l’eau et ses souvenirs (des vasques collectant l’eau des fortes pluies dans les patios portugais). Mais elle donne à ses singuliers ouvrages une dimension collective en faisant d’eux les objets d’attention d’autres personnes. Elle confie à des "vigilants" la tâche quotidienne d’entretenir ses constructions fragiles. Durant l’exposition, les employés vêtus d’un habit de travail se relaient pour les maintenir remplies et colmater leurs fissures.

Ainsi, pour Armanda Duarte, le temps d’existence "fait" œuvre, construit des gestes, des formes, des tracés. Par une correspondance, elle demande à ces vigilants de lui poster l’inscription de leur temps d’existence sur une surface de leur choix, puis elle en fait les dessins rassemblés dans Os Vigilantes.

A travers une autre série, Lisboa no ano da cabra, l’artiste retrace en pointillés ses propres déambulations dans la ville.

Comme Armanda Duarte, Linda Sanchez donne la mesure de cette attention portée aux choses. Les horloges qui forment au sol l’oeuvre Débattre la mesure en donnent un relief, alors que les deux autres pièces (produites pour l'exposition), Sans titre (sculptural ouvrage constitué de 3000 scans d'un tronc progressivement poncé) et Page(s) (flip book d'un défilement de pages vierges), en reconstituent l'épaisseur.