Oscillant entre une approche conceptuelle et sensorielle, les deux artistes brésiliens Angela Detanico et Rafael Lain (nés en 1974 et 1973, vivent à Paris) s’intéressent aux procédés linguistiques. De façon ludique et poétique, ils nous invitent à bousculer nos repères et à nous interroger sur les systèmes qui organisent notre lecture du monde. Pour la dernière exposition dans La BF15 située place des Terreaux, le travail présenté implique le spectateur dans une polyphonie de sens. La Pile posée en vitrine (lire FLOW depuis la place et WOLF de l’intérieur), est à percevoir sous différentes lectures. En lien avec la tradition de la peinture florale à Lyon et telle une nature morte qui se désagrège (Or, autrement projetée à l’étage), la réalité s’effeuille dans le flux et la multitude de ses traductions. — « les oeuvres naissent de la transposition spatiale de conventions que sont les alphabets. Chaque lettre de l’alphabet correspond à l’empilement (pilha) successif d’objets. […] Chaque mot devient un objet visuel qui rappelle la définition de la poésie concrète par Augusto de Campos : ‹ tension de motschoses dans l’espacetemps ›. Dans Or, Autrement, on retrouve le traitement de l’image matière avec Photoshop. Similaire au principe d’un sablier, les deux images projetées reposent sur la soustraction et l’addition de couleurs. Cet anagramme visuel fait écho à l’anagramme du titre ‹ Or, Autrement/nature morte › et effectue un saut temporel entre une nature morte et sa reproduction numérique. » Audrey Illouz, « Angela Detanico, Rafael Lain », French Connection, Black Jack Editions, 2008 

en partenariat avec CINEPARTS.

lien :

Detanico/Lain (www.detanicolain.com)