Cécile Dupaquier

Cécile Dupaquier est de ces jeunes artistes suivis par la BF15 depuis leur sortie de l’Ecole des Beaux Arts de Lyon. Elle propose au public de manipuler des objets domestiques transformés et qui renvoient au corps. Par ces manipulations se créent un dialogue intime et une proximité. La complicité avec le spectateur est d’autant plus forte que le monde y est mis à distance, impossible à saisir, et devient inaccessible : les chaussures de bain s’agitent vainement dans l’aquarium, le son extérieur est entendu à travers l’eau, la ligne d’horizon est piégée dans les lunettes de bain, le texte s’efface au fond du verre quand on le remplit...

Marco Poloni « with some ordinary extra »

Marco Poloni est de ces jeunes artistes suivis par la BF15 depuis la fin de leur formation. L’installation inter-active propose au visiteur un jeu innocent en apparence : s’installer aux commandes d’un joystick, devant un téléviseur, et manipuler en direct l’image et le son pris à l’extérieur. Du moins croit-il le faire, car l’image et le son manipulent sa perception. Si le public est bien le cadreur qui opère avec la caméra-robot disposée sur le bord de la fenêtre, il peut ou non s’apercevoir que les confessions intimes qui accompagnent les images sont des dialogues issus des films de Rohmer. La superposition du réel et de la fiction est parfaite, au point que cette dernière modélise la réalité et offre au visiteur la jouissance du démiurge.
Le dispositif obtint un succès étonnant, puisque longtemps après son démontage, le public venait encore pour voir cette installation.

Installation acquise par le Fonds d’Art Contemporain de la Ville de Genève