Vincent Gernot n’a pas de matériaux de prédilection. Celui d’une feuille A4, d’un objet, d’une pièce, d’un territoire. Il y projette des dispositifs, des formes, des idées, des lignes et des volumes via les outils qu’il crée et les matériaux qu’il utilise. De nouvelles géométries de lignes et de formes prennent vie, de nouvelles compositions restructurent l’espace. La question de l’enfermement et du seuil est souvent au cœur de ses dispositifs, un préalable nécessaire à l’idée même d’ouverture, de limites à dépasser, à outrepasser.
Pour sa première exposition personnelle, l’artiste mesure ses approches à l’espace de La BF15.

Faire ressortir un objet, en accuser la forme, le contour. Construire un mouvement. Ouvrir le seuil souvent fixe et contraint. Créer un passage, un basculement.
Activer des sculptures, les composer par des gestes. Elaborer des outils et matériaux comme des dispositifs. Permettre le dessin instantané d’un objet ou d’un espace par le geste.



Né en 1991, Vincent Gernot est diplômé de l’ ESADSE, l’Ecole supérieure d’art et de design de Saint-Étienne, où il vit et travaille.
Il  a exposé son travail à la Triennale de Milan en 2016 (Design after Design) et à Saint-Étienne dans le cadre de la Biennale du Design en 2017 (My favorite studio et Fukushima mon amour). Il a également œuvré dans différents collectifs, notamment le collectif Brêche (Backyard en 2017) et le collectif Au détour (Et si le bleu du ciel était autre chose en 2018).

lien :

Vincent Gernot (https://vincentgernot.myportfolio.com/work)