What ties us together

part. 1 : Lyon- France
Anca Benera & Arnold Estefan
Decebal Scriba
house pARTy

calin dan, teodor graur, iosif kiraly, dan mihaltianu, wanda mihuleac, andrei oisteanu, decebal scriba, nadina scriba, dan stanciu

résidence Anca Benera & Arnold Estefan en mars 2019 à Moly-Sabata / Fondation Albert Gleizes
exposition du 5 avril au 25 mai 2019 à La BF15
vernissage jeudi 4 avril
conférence de Decebal Scriba mercredi 3 avril à 17h
École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon (Ensba Lyon) 

La BF15 a le plaisir de participer à la Saison France-Roumanie avec What ties us together, en hommage aux manifestations artistiques alternatives house pARTy initiées et organisées en 1987 et 1988 par Decebal et Nadina Scriba dans leur maison à Bucarest.
Cette exposition invite deux générations à mener une réflexion sur le concept d’espace, à interagir dans des rapports intérieur extérieur, privé public, et à y faire saillir la capacité critique des gestes artistiques au regard des conventions qui les délimitent.

Decebal Scriba présente un ensemble d’images de performances dans lesquelles il explore les capacités d’expression de son porpre corps. En s’installant dans des situations suggestives, il exprime une prise de position face aux réalités socio-culturelles de l’époque.
Pour l’exposition, il crée la photo-performance L’éphémère géométrie de nos limites où il se met en scène dans l’espace même de La BF15. Au sol, le dessin est habité par la mémoire corporelle des performances antérieures de l’artiste depuis les années 70 jusqu’à aujourd’hui. Il nous renvoie au périmètre de nos possibles et à notre relation avec la réalité.
L’oeuvre Damnatio Memoriae retrace l’année 1979 en un calendrier de 12 feuilles de plomb. Elle fait référence au début de la période la plus sombre, répressive et pesante en Roumaine.

Au centre de l’exposition, sont regroupés des documents d’archives, vidéos et photographies, qui témoignent, de manière aléatoire, des installations et performances réalisées in situ pour housepARTy. Malgré l’improvisation, les hésitations et les faux pas, l’ensemble montre une surprenante unité. Les interventions de chaque participant trouvent naturellement leur place dans ce contexte avec une certaine complémentarité.

Depuis 2011, la pratique artistique collaborative du duo Anca Benera  & Arnold Estefan examine, dans une diversité de médias, les relations de pouvoir dans des contextes sociaux, économiques et politiques.
Le jus soli (droit du sol) et/ou le jus sanguinis (droit du sang) déterminent le statut sociopolitique d’une personne en tant que citoyen ou non-citoyen.
Aujourd’hui, presque tous les États du monde accordent la citoyenneté à la naissance sur la base du jus sanguinis, selon lequel la citoyenneté est héritée par les parents, et non par le lieu de naissance. Depuis 2007, la crise des migrants européens a attiré l’attention sur les deux sources conflictuelles - jus soli contre jus sanguinis - des droits en matière de nationalité. Benera et Estefan enlèvent méticuleusement les drapeaux nationaux non seulement de leur pays d’origine, la Roumanie, mais aussi des pays de leurs patrimoines ethniques respectifs, et transforment chacun en pelote de laine. Un drapeau - le symbole national - est ainsi réduit ici à l’état transitoire d’une matière première : une pelote de fil sans caractéristiques identifiables. Le tissu de 6 drapeaux (Hongrie, Roumanie, Espagne et Roumanie, Italie, Ukraine) est décomposé et réassemblé en 2 sphères de 9 cm de diamètre chacune, deux formes contaminées différentes - mais tellement similaires.
On dit que la Troisième Guerre mondiale va se porter sur la pénurie de l’eau si les choses ne changent pas bientôt. Il y a quelques années, la NASA a publié une étude révélant que 21 des 37 principales sources d’eau du monde sont en difficulté, en grande partie à cause du changement climatique ou de la surconsommation humaine. Nombre d’entre elles sont liées à des régions en conflit ou sur des zones de forte tension, comme la frontière entre l’Inde et la Chine, autour de l’Euphrate et du Tigre, en Turquie, en Syrie et en Irak. En fait, l’instabilité climatique mondiale est le moteur de l’instabilité politique, et la pression qu’elle exerce rend les affrontements plus probables.
Avec The driving force of all nature, Anca Benera & Arnold Estefan se penchent sur les eaux les plus troubles du monde. Deux bouées flottantes sur la Méditerranée, servant à l’origine d’indicateurs de dangers, est converties en instruments qui peuvent être activés par le public. Chaque note de la partition composée par les artistes et interprétée par Yi-Ping Yang contient la trace d’un événement historique lié aux conflits autour de l’eau. 

Manifestation organisée dans le cadre de la Saison France-Roumanie 2019  

en partenariat avec Moly-Sabata Résidence d’artistes Fondation Albert Gleizes et Grame - centre national de création musicale

 

liens :

Decebal Scriba (annesarahbenichou.com/fr/artistes/oeuvres/4152/decebal-scriba)

Anca Benera & Arnold Estefan (https://www.beneraestefan.ro)

SAISON FRANCE-ROUMANIE 2019 (https://saisonfranceroumanie.com)