performance à six voix : Marie Arnaud, Anne Auger, Johana Beaussart,
Isha Bietry, Jacques Meizonnier, Isabelle Thévenoux

Huit ans après son exposition personnelle Crimes et délices à La BF15,
Agnès Geoffray (née en 1973 à Saint-Chamond, vit à Paris) présente pour cette Invitaion d'un soir une double performance à six voix, Clamor, qui superpose un cri d'intimidation et d'ordre aux chants de détresse et de résistance.

Le Cri, performance (un homme).
À partir de la figure du crieur public, cette performance met en acte la voix comme organe du pouvoir. Par la promulgation orale des décrets, le cri devient outil opératoire de la loi. Le corps et la voix s’affichent comme instruments de l’autorité et de la puissance. L’usage du cri et du crieur apparaît alors comme un acte politique. Le cri est un pouvoir. Au cours des siècles, le droit se criera de moins en moins et s’écrira de plus en plus. 
Sont criées ici des ordonnances éditées entre le XVIe et le XVIIIe siècles, révélant l’assujettissement manifeste dicté par certaines lois, et la marginalisation des individus dits "infâmes".

Les Échappées, performance (cinq femmes).
Le chant féminin, de tous temps prohibé, s’est vu longtemps cantonné à la sphère domestique. L'écoute de le voix féminine, jugée subversive, attirante et diabolique est interdite. Privées de liberté, souvent séquestrées et asservies, les femmes afghanes et pachtounes ont élaboré par le chant des landays, poèmes en deux vers, une véritable forme de résistance face aux violences subies. Ne sachant souvent ni lire, ni écrire, elles se transmettent oralement leurs souffrances, joies et désespoirs quotidiens.

lien :

Agnès Geoffray (www.agnesgeoffray.com)