Jennifer Douzenel (née en 1984, vit à Paris) présente à La BF15 un nouvel ensemble de vidéos (dont quelques inédites) saisissant des événements au demeurant insignifiants, mais qui deviennent dans le cadre de l'image, les motifs d'une contemplation.

Se déplaçant sur les sites d'apparition de ces phénomènes, l'artiste sollicite dans ses oeuvres une forme d'empathie avec le monde qu'elle réactive au moment de leur rencontre avec le spectateur. C'est dans l'intimité du dispositif de la peinture que les vedute de Jennifer Douzenel trouvent leur dimension.

"Je conçois mes vidéos comme des tableaux s’inscrivant dans la continuité de la tradition picturale et où la temporalité se joue comme un élément plastique. J’enregistre des moments du réel réduit au cadre d’un seul plan fixe. L’image en arrêt contient déjà presque tout. Le temps de ces plans, en boucle, permet de quitter l’action pour ce qui l’entoure, pour approcher le sens de la composition ou vaguer vers l’éveil. Je suis une "chasseuse de miracles". Je traque d’éphémères moments de grâce où la réalité est transfigurée. Silencieuses, mes vidéos appellent à la contemplation de l’inutile. Elles sont un presque rien, une attention, une attente à la vie qui aspire à élucider la complexité du monde."
Jennifer Douzenel

Les journées lentes nous renvoie ainsi à la temporalité propre au travail de Jennifer Douzenel, nous obligeant à stationner dans l'image et dans le cours des choses pour y déceler l'événement.  

lien :

Jennifer Douzenel (www.jennifer-douzenel.com)