Pendant un an, les expositions proposent un dialogue entre deux artistes. Il ne s’agit pas d’inviter des duos ou couples d’artistes, mais plutôt que le rapprochement soit suscité par le travail ou l’univers de chacun.
Ainsi, l’exposition Dépliements se déploie à la frontière des territoires plastiques, géographiques et politiques autour du travail de Aï Kitahara et Daphné Nan Le Sergent (nées en 1966 et 1975, vivent à Paris).

L'artiste japonaise Aï Kitahara développe une topologie de l’invisible. Pensées pour l'espace investi, ses constructions reposent sur une tension entre fragilité apparente et force du matériau.
L'artiste ici développe son projet Lys (déplier-reconstruire), qui trouve son origine dans les origamis japonais et un souvenir d'enfance, le pliage d'un lys. Élaborées à partir de pliages dépliés, ces structures issues d'une décomposition se rapprochent d'une architecture d'abri avec quatre points d'appui. Certaines prennent forme en porcelaine ou en grès alors que d'autres, plus monumentales, sont en papier.

Daphné Nan Le Sergent, née en Corée, développe son travail autour de la présence d'une frontière omniprésente qui divise le pays. Elle présente un ensemble d’images et d’objets, intitulé frontière/ligne/tracer. Il s’est constitué autour de la question de la main et de son rapport au territoire, dans le dessin des cartes ou dans le pouvoir de désigner, d’ordonner et d’avoir une emprise sur la réalité matérielle. Le film My Split Eye questionne notre rapport à la délimitation du territoire et à la frontière.

"Ici, celle qui sépare les deux Corées pourrait être pensée tout à la fois comme écran et cache. Petit à petit, un rectangle blanc se déplace sur les différentes images, venant recouvrir non seulement les paysages aperçus depuis les observatoires construits à la frontière mais éludant aussi des images d’archives, éléments de mémoire, comme si le développement économique de la Corée du Sud impulsé par la rivalité avec le Nord avait développé une sorte de regard aveugle, refusant de voir tout ce que la partie gagnante a arraché à la tradition."
Daphné Nan Le Sergent

liens :

Daphné Nan Le Sergent / Galerie Métropolis (www.galeriemetropolis.com)

Aï Kitahara / Galerie Bertrand Grimont (www.bertrandgrimont.com/AI_Kitahara-artist-50.html)