Originaire de Gaza, Taysir Batniji (né en 1966, vit à Paris) traduit dans ses œuvres une perception de la réalité --- palestinienne notamment -- à rebours des représentations convenues et/ou générées par les médias.

Jouant sur l'ambiguïté du dispositif de représentation, les séries de photographies Watchtowers et GH0809 sont notamment exposées à cette occasion.

Watchtowers répertorie les miradors israéliens qui envahissent le territoire palestinien "à la manière" des Becher. Comme le couple d’artistes allemands qui a essayé de documenter le patrimoine post-industriel en Europe dans les années cinquante, Taysir Batniji tente en 2008 d’établir une typologie des miradors en Palestine (en Cisjordanie).

"J’ai voulu créer l'illusion, une sorte de cheval de Troie. Les conditions particulièrement périlleuses des prises de vue en question, effectuées par un photographe palestinien délégué (né à Gaza, je ne suis pas autorisé à me rendre en Cisjordanie), sont visibles : floues, bougées, cadrages maladroits, lumière imparfaite, etc. Pas moyen, sur ce terrain, d’installer le lourd matériel des Becher ni de patienter plusieurs jours. Pas d'esthétisation possible. Pas moyen d’envisager ces constructions militaires fonctionnelles comme des sculptures ou encore comme un patrimoine."
Taysir Batniji

Projetée sous la verrière, la vidéo Bruit de fond nous impose un plan fixe du visage de l'artiste qui tente de contrôler les clignements de ses yeux, provoqués par les détonations des bombardements quotidiens à Gaza en 2006. Taysir Batniji met ainsi la fiction à l'épreuve des faits, sa résistance ne les rend finalement que plus palpables.

Dans la vidéo Sans titre, le reflet d'une ombre disparait, un corps s'efface dans le sable, éternellement balayé par les vagues...

GH0809 présente des maisons détruites par l'attaque israélienne Plomb durci, fin 2008 -- début 2009 à Gaza. Pour celle-ci, Taysir Batniji a du demander à un journaliste sur place de photographier ces maisons, selon un cahier des charges précis. Présentées en vitrine, sous forme d’annonces immobilières ordinaires, les images sont accompagnées de commentaires établis sur place auprès des propriétaires décrivant leur habitation (surface, nombre de pièces, nombre d’habitants possibles, etc). La BF15 prend alors le visage d’une agence immobilière, grâce auquel un nouveau public – de propriétaires potentiels – a osé ouvrir la porte, avant de constater la réalité des faits.

dans le cadre de lyon Septembre de la Photographie 2012

liens :

dossier de presse de la 8ème édition des RENCONTRES 9ph (www.lebleuduciel.net/images_mailing/dp/DP%209PH%202012-12.pdf)

site de Taysir Batniji (www.taysirbatniji.com/fr)

RENCONTRES 9ph (www.9ph.fr)